Journal de Guerre -Jour 22 -2

El te 22ème jour, la fièvre est arrivé. Je n'étais pas bien sûr : je ne la connais pas. Elle est arrivée tout doucement, alors que le soleil était déjà là. Elle n'a pas fait de bruit. N'a pas sonné à la porte. Elle est arrivée comme une langueur, une ivresse, quelque chose de flottant. En dessous des paupières, d'abord. Et surtout dans les bras. Dans le bas du dos. J'ai eu chaud et puis froid. Et puis très froid. Des perles de sueurs coulaient de mes sourcils. J'ai mis mon thermomètre sous le bras il a sonné tout de suite. 38,5 sous le bras. Inutile de vérifier combien j'avais ailleurs.

J'étais habillée, je suis restée là. J'ai dormi, somnolé, je ne sais pas si on est encore demain ou déjà aujourd'hui.

J'ai vu des nuées d'oiseaux dans le blanc du ciel, 'j'ai vu un mammouth paisser dans une prairie, j'ai entendu le son d'une cascade j'étais allongée sur une couverture à carreaux et je ne craignais rien.

Ma grand-mère est venue me rendre visite, avec quelques noisettes, enfermée dans ses mains elle disait "quandquiyenadansmonpanier" et je disais "Cinq!" et il y en avait 3.

J'aimais beaucoup le noisetier de la cour et ses feuilles violettes.

J'ai imaginé que la fièvre venait me nettoyer. Que c'était une douche à l'intérieur de moi. J'ai compté jusqu'à 20 mais peut-être dans ma tête. Peut-être pas très vite.

Mon frère m'avait dit "à 20, tu m'appelles" alors je l'ai appelé. Je l'ai mis au défi de regarder mon ranch lui qui parle aux chevaux et qui aime tant gagner je sais que là, il sera bien coincé : il ne pourra jamais regarder un épisode en entier. Moi, je continue près de cette famille. Lou et Peter sont en train de divorcer mais Ty et Amy se sont enfin mariés. ça s'est tout mélangé. J'étais dans une maison que je ne connais pas et j'avais monté un élevage de chiens. J'étais sur le transat et les enfants avaient invité des copains. Ma petite fille courrait vers moi dans le soir et disait "Viens, Mémé, me raconter l'histoire"

- As-tu pris ton bain ?

- Oui, ça y est ! Je veux que tu me racontes l'histoire du Roi qui dit n'importe quoi.

- Ah ! Celle-là !

- Oui, avec Victoire qui est coincée dans la Tour et qui est bête comme son père et seule comme sa mère.

- Ah, Lison... Celle-là ! Mais tu sais bien qu'on en connait pas la fin !

- Oui Mémé, la fin, on l'inventera.


j'aime bien la fièvre. Je ne connaissais pas. C'est drôlement bien la fièvre. Je vous dis à demain.

Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.