le grand voyage

J’ai seulement poussé la porte.

Elle était entrebâillée.

Il vaut mieux venir vers 11 heures

la lumière est meilleure.

A la radio, c’est la guerre.

19 départements en rouge

Grands événements interdits jusqu’à fin décembre

5000 nouveaux cas dans les dernières 24 heures

Mais on ne sait pas si c’est en rhône-alpes, en France, en europe ou bien si c’est mondial.

Gilles s’affaire

Il a étalé de la peinture sur une plaque

Il l’a passé dans la presse.

Il la promène vers la table

Puis vers le chevalet

Une poneyte s’est fait attaquer

Le crâne défoncé

Il paraît que ce n’est pas la première

Il y a un enragé qui s’attaque au poneytes depuis début juillet.

Gilles marche pieds nus

Il éteint la radio.

En haut, tourne le ventilo.

Il dépose ses yeux bleus avec un grand pinceau,

Sur une plaque en métal

Ou sur un plexiglas

Une main sur la hanche

Il se recule un peu.

Moi, je suis sur la table

Une grande table carrée

Je me laisse traverser

d’abord par la lumière

Aussi par les odeurs

Odeur peut-être d’huile

ou de térébenthine ?

C’est le moment de la presse.

La plaque ouvre ses bras

Et accueille le papier

Juste au même endroit

Que la première fois.

Et le papier repart

S’accroche au chevalet

Un bateau apparaît

Un bateau de grand vent

Un bateau en pleine mer

bateau soleil rasant

Ou bien soleil couchant

Mais peut-être levant.

Un bateau à deux voiles

Un bateau à deux mats

Un bateau de grand vent

Gilles reprend la plaque

La nettoie, ou l’efface

Avec un chiffon bleu.

D’ailleurs, il n’était peut-être pas bleu avant d’être bleu, le chiffon

C’est peut-être un mouchoir pour essuyer les yeux du vent dans le bateau.

Gilles va d’une table à l’autre de son grand atelier.

Il regarde

Réfléchit

Et retourne sur la plaque

Maintenant, il utilise comme une petite spatule

Et tapote un petit peu.

C’est un autre papier qui vient s’y accoler

Qui passe de table en presse

Et dans le tourniquet

Passe de l’autre côté

Et retourne sécher

Je n’ai pas vu quoi

Et je n’ai pas vu où

C’est un papier mystère

Un papier à secret.

Gilles tourne et retourne

Il peint comme j’écris.

Par couches successives

D’un support à un autre

Et d’une table à l’autre

Une main sur la hanche

Il se laisse traverser

Peut-être qu’il réfléchit.

J’essaye de deviner

Quel papier il va prendre

Quand est-ce que c’est fini

Déjà la plaque s’efface

Avec le gros chiffon

Et s’étale le bleu

C’est un bleu outre-mer

avec terre d’ombre brûlée

Dans l’atelier de Gilles

Ça n’est pas la guerre

Aujourd’hui c’est le vent

Aujourd’hui c’est la mer

Avec terre d’ombre brûlée

Pour moi, c’est un voyage

Qui passe par mon nez.


Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.