Un matin...

Un matin ce matin-là il n'y avait plus de mots. Plus de traces. La langue qui chantait dans mon rêve m'était inconnue : tu m'étais revenu.

Un matin ce matin-là je comprenais tout je ne comprenais rien je savais tant que je ne savais rien : tu m'étais revenu.

Ce matin Ce matin-là Mes mots avaient disparus Ma page, enfin vierge Tout restait à écrire : tu m'étais revenu.

Ce matin Ce matin-là Je parlais toutes les langues, je n'en parlais aucune et de demain je ne voulais que les tiennes. Tu m'étais revenu.

Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.