Au loin la nuit

Au loin, la nuit. Si je la sens au-dessus de moi, elle m'enveloppe, me rassure ou me terrorise. Si je la regarde s'étaler devant moi, elle me raconte l'éventail de possibles encore inconnus. L'inconnu des possibles, des surprises à venir.

Au loin, les collines. Rien d'infranchissable. Elles ne sont pas un mur, seulement un pli dans le tapis.

Entre les deux, les lumières de la ville, et des gens. Des gens au coeur qui bat. Des âmes dessous la nuit. J'en connais quelques-unes. Tellement peu. Tu dors encore, je crois.

J'ai collé des oiseaux entre moi et le ciel. Aussi un piège à nuages. De la sauge, du thym et du romarin. Un jour nouveau patiente.

6 vues

Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.