Espoir ?

J'ai pris mes clops, un briquet, mis mes chaussures, enfilé une veste. Je suis sortie. - Merde ! Mes clés !

Je suis rentrée, j'ai pris mes clés. J'ai fermé la porte à clé.

- Merde ! Mon masque. Je suis rentrée, j'ai pris un masque. Je me suis masquée. J'ai retiré mon masque car je voulais fumer.

- Merde ! Mon papier. Je suis rentrée, j'ai rempli mon papier. J'avais déjà envie de rentrer. Je me suis forcée. C'est bien de marcher, un peu. Allez voir un peu plus large. Même les prisonniers font des ronds dans la cour.

Les rues étaient désertes. Je n'ai vu personne. Je n'ai croisé personne. Quelques ombres d'eux-mêmes. A peine. J'ai été saisie de l'impression de "rentrer" davantage que de "sortir". Entrer dans un monde dangereux. Un monde sale. Un monde méfiant. Suspicieux. Un monde hostile. Un monde stérile. Un monde aux nuques baissées, le regard vers le sol. La démarche rapide. Le trajet efficace du point A au point B. Les boutiques fermées. Les bancs abandonnés. Les terrasses muettes. Une queue devant le supermarché.

C'est une grande solitude qui a pris ma main. - Je suis là, elle a dit. - Salut, vieille compagne. ça faisait un bail ! - Tu ne m'as pas manqué. - Je viens dès que tu fuis. - Je ne fuis pas, je fugue. - Tu fuis comme un vieux tuyau séché par le soleil. Tu fuis par tous tes pores. Tu fuis sans point de fuite. Tu t'agites, tu remues, tu ries fort, tu fuies. Et tu ne vas nulle part. - où veux-tu que j'aille ? - ... - Que veux-tu que je fasse ? - Que tu arrêtes de dire que tout va bien quand ça ne va pas. - Je ne vois pas de solution à ce qui ne va pas, donc c'est que ça va... - Qu'est-ce qui ne va pas ? - Ce monde triste, ce monde à l'envers, ce monde absurde aux livres dans des morgues. Cette époque de merde à foutre la chaire de poule. - Le problème, c'est donc au dehors ? C'est l'autre, le problème ? - Le problème c'est de n'avoir d'autre solution pour survivre que de se retourner sur soi-même, dans un individualisme encore plus exacerbé qu'avant. Les gens me manquent. Les bras, les rires, les échanges, les baisers, la légèreté, l'espoir. - ... - Oui, l'espoir. - Et tu vas écrire ça, aujourd'hui ? - Oui. - Payes ton post... - Je ne suis pas clown.

Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.