Le Bonheur

"- En fait, ce n'est peut-être pas le Bonheur, que je cherche.

- Où ?

- Comment où ?

- Tu cherches où ?

- Non, là, j'essaye, de m'intéresser à "l'objet". A l'Idée. Au Bonheur, quoi. Pas au chemin, pour une fois.

- Ah !

- ...

- Et ?

- Et tu m'as coupée.

- Quoi ? Je t'ai coupée quoi ?

- La parole.

- Ah !

- ...

- Et ?

- Et je ne sais plus où j'en suis, à cause de toi.

- Je croyais que tu ne t'intéressais plus au chemin !

- ...

- Du coup on s'en fout, d'où tu es en !

- ...

- Et du coup, on s'en fout de "à cause" de quoi.

- A cause de QUI !... C'est Toi qui m'a coupé la parole, je te signale.

- Ah ! A cause de toi, donc....

- ...

- ...

- Oui. Oui, à cause de moi, quoi.

- Oui.

- ...

- ...

- Finalement, "A cause", c'est marrant qu'on l'entende comme un reproche. Non ?

- Ta question, elle est où ?

- Quoi ?

- Ta question, elle est pour "C'est marrant" ou pour "Comment ça se fait que "à cause de" ça sonne comme un "reproche" ?

- ...

- Euh... Ma question c'est pour euh... Tu ne trouves pas ça marrant ?

- Non.

- Elle n'est pas extraordinaire, ta phrase.

- Non. Pourquoi le serait-elle ?

- Non, ce que je veux dire, c'est "peux-tu reformuler".

- Oui ! Bien sûr ! Alors : "Tu ne trouves pas que c'est marrant que "à cause de " soit une forme d'expression d'un reproche (pour ne pas dire de culpabilité) ?

- Non, ce n'est pas marrant.

- ...

- Et oui, je trouve que c'est... Bizarre.

- Oui, bizarre. Marrant, quoi.

- "Bizarre", ce n'est pas marrant.

- parce qu'en fait, "A cause", c'est seulement le truc avant la "Conséquence", rien d'autre !

- Bon, euh... T'es chiante ce matin, non ?

- Ah ?

- ...

- Tu trouves ?

- Où ?

- Quoi ?!

- Tu trouves "où" ?

- Non !... Tu trouves que je suis chiante ?

- Un peu.

- On ne va pas s'en sortir.

- Non.

- ...

- On a encore... Un bon... deux ou trois mois devant nous...

- Hm mh...

- On a encore... Noël... Le jour de l'An... Notre anniversaire...

- ... Oui... Le grand shlemm de d'habitude...

- En solitaire.

- ...

- Tu veux dire toute seule toutes les deux ?

- Oui, Manon.

- Confinée ?

- Oui.

- Et après, on reprend tout comme avant ?

- ça va être difficile...

- ...

- ...

- Mais maintenant, ils ont le droit d'aller acheter des trucs.

- Ah bon ?

- Il faut seulement être 1 par 8 mètres carrés dans les magasins.

- Et pas toi ?

- Pas moi quoi ?

- Tu n'as pas le droit, toi ?

- Si, mais moi... Je m'en fous !

- De quoi ?

- D'avoir le droit !

- Ah merde... Pourquoi ?

- Parce que je ne peux pas !

- Tu ne peux pas quoi ?

- Acheter des trucs.

- ...

- Même si il n'y a pas un chat dans le magasin.

- Non, les chats sont interdits dans les magasins.

- Manon, tu me saoules, ce matin.

- Pardon.

- ...

- Pourquoi tu ne peux pas ?

- Parce que j'ai trop de dettes. Trop de dettes, pas de sous. pas de sous, pas de moyens. Pas de moyen, pas de désir.

- Oh.... Et donc, tu t'en fous...

- Donc, je m'en fous d'avoir le droit puisque je ne peux pas !

- ...

- Attends... Tu veux dire que si tu n'as pas les moyens de satisfaire un désir, tu enlèves tout simplement le désir ?

- Oui.

- ...

- Et du même coup, la frustration éventuelle de ce désir.

- Oui.

- Et tu fais la même chose avec... Tout ?...

- Comment, avec "tout" ...?

- Avec euh... Le désir de l'autre ? Le désir d'Amour aussi ?

- Par les temps qui courent, oui, il vaut mieux ma biche...

- ...

- Tu veux dire que toi, quand tu ne peux pas obtenir ce que tu souhaites - même ardemment - tu... Tu ne le veux pas ? Tout simplement ?

- Oui.

- ...

- J'ai appris à faire comme ça.

- ...

- Et tu verras qu'après, ça se retourne. Après, en fait, tu es comblée de ce que tu as.

- ...

- Avec ce que tu as. Par ce que tu as. De ce que tu as.

- ...

- Tu n'as plus d'attente.

- ...

- Pas de moyens = pas de désir = plus d'attente = plus de frustration = tu t'en fous.

- ...

- Mais alors l'Amour ?

- ...

- Tu transformes.

- ...

- Tu n'as plus que le désir de ce que tu as.

- ...

- Tu n'es plus... Dans la passion. Tu es dans une sorte de... D'amitié. C'est plus doux. Plus calme. Plus tranquille. La philia, ça s'appelle.

- ...

- ça s'écrit avec un seul "L"

- ça ne m'étonne pas...

- Quoi ?

- De n'avoir qu'une aile à ce genre de philosophie.

- ...

- Mais...

- Quoi ?

- Ben ce n'est pas un peu... Frustrant ?

- Si.

- ...

- Si tu n'es pas stoïcien, ça peut être frustrant.

- ...

- C'est presqu'une forme de masochisme par moment.

- ...

- Une sorte de gymnastique.

- ...

- Pas loin du Yoga, un peu.

- ...

- Mais au bout d'un moment, je t'assure, le yoga, c'est génial. Au début ça tire, mais tu développes des trucs interessants...

- hm mh...

- Mais c'est pour ça que je te disais, qu'en fait, ce que je "cherche", ce n'est peut-être pas le Bonheur.




Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.