Le citron

Il y a eu ce melon. Et puis cette étrange odeur dans le frigo.

Toute à sa réflexion sur la beauté de la vie et de ses surprises, réflexion sur notre capacité à engendrer des choses - parfois malgré nous et pas toujours catastrophiques - Toute à sa réflexion sur le fait que ce melon était arrivé sans qu'elle ne le plante mais aussi parce qu'elle avait installée un bac avec de la terre dedans, et qu'elle l'avait quelque part "autorisé" à croitre -ne serait-ce qu'en ne le désherbant pas - elle ouvrit le frigo.

Une drôle d'odeur. Pas désagréable, non. Mais suspecte, oui.

Elle a alors inspecté chaque étage, relativement déçue de ce qu'elle y avait mis, jusqu'en bas, jusqu'au bac à légumes. 2 poireaux, 4 citrons, 2 endives et un sachet avec 4 citrons bios bien emballés.

Elle a "l'idée" du citron. Elle achète sans arrêt des citrons. Le citron, on le sait, c'est bon. C'est bon pour tout. Elle l'achète et ne le mange ni ne le boit. Elle pense sans doute qu'acheter le citron suffit à en tirer tous les bénéfices. Comme acheter les palmes suffit à ne pas avoir besoin d'aller faire des longueurs. Comme avoir un boulot suffit à ne plus avoir envie de le faire. Comme acheter de la peinture fera d'elle une peintre vendue dans le monde entier.

Oui, elle se dit ça, un peu déçue d'elle-même chaque fois qu'elle ouvre le frigo : "Tiens, pourquoi as-tu encore racheté des citrons ? Il y en avait déjà 5. Bon, tant pis"

Elle fait le contraire avec la cigarette. Elle est certaine de ne plus en acheter, de ne plus dépenser un sous dans cet achat aussi idiot que suicidaire, nauséabond et parfaitement inutile. C'est ce qu'elle se dit, là, en découvrant l'odeur dans le frigo : "Tiens, il y a une odeur suspecte, pas désagréable et dont l'origine est parfaitement inconnue. Et dans ton appart' ça doit puer la clop, mais comme tu es dedans, tu ne t'en rends plus compte." Elle se dit toute à la fois - "Si je vivais dans ce frigo, je ne m'apercevrais certainement pas que ça sent bizarre - C'est complètement con l'idée d'aller vivre dans ce frigo - Non, ce qui est con c'est d'empuer ton appartement, tes poumons, et de fumer les clops que tu achètent au lieu de bouffer ou boire les citrons. - Ce serait quand même complètement con d'arrêter de fumer alors que tu comptes te barrer en disant que tu vas chercher des cigarettes et que tu ne reviens jamais. - Ou alors fumes autant que tu veux, mais par pitié, boit AUSSI les citrons que tu mets dans ton frigo. - Ou alors, tu diras que tu étais parti chercher des allumettes. - Ou des citrons. - De toute façon, peu importe, puisque tu ne diras rien, et que c'est le principe quand on va soit disant chercher des cigarettes et qu'on ne revient jamais. - En attendant, de prendre tes clics et tes clacs, bois-donc un citron."


Elle a alors pris le sachet de citrons bio (les 4 bien sages dans le petit plastique avec les logos et tout et tout) et il a explosé. Je dis bien : explosé. Une fumée noire. Plus noire que n'importe quel paquet de cigarettes.

Il a explosé entre ses mains et elle a poussé un cri, et fait un bond et son coeur s'est mis à battre d'un coup si fort !

Aaaaaaah ! Panique à bord ! Le citron fume tandis que je l'oublie dans le frigo ! - Mais depuis combien de temps j'ai laissé ces citrons dans ce bac ! - Mais voilà, c'est ça ! Même les citrons fument quand ils s'ennuient et qu'on les oublie dans un frigo ! - Serais-je donc un citron oublié dans un bac à légumes ? - Il y a deux minutes, tu étais un melon, je te rappelle...


Elle a lâché le sachet, dégageant sa fumée noire par les petits trous prévus pour oxygéner les citrons pendant leur voyage en tombant par terre, elle s'est ruée sur son ordinateur, sur internet, pour aller vérifier la toxicité du moisi de citron, craignant tout à coup pour sa santé, ses poumons, son frigo, ses yeux, sa peau.

Elle s'est dit dans une fulgurance - qui l'a stoppée nette : - Tu te fous de ma gueule : tu t'inquiètes- de la toxicité d'une fumée de moisi de citron alors que tu t'enfumes d'un paquet par jour allègrement ? - Oui euh oh ça va, hein ! Un paquet ça n'est que 20 clops, alors... C'est pas tant que ça, 20. - Huit heures par jours divisées par vingt, ça fait... Une tous les quart d'heure, c'est pas tout le temps non plus ! - Tu ferais mieux de nettoyer ton frigo de fond en comble et vérifier où en sont les autres citrons. - Mais qu'est-ce que tu peux être nulle de laisser moisir tes citrons, tes poumons, ton frigo, ton appart', ta vie, en fait. - Pauvre melon.

- Quoi, pauvre melon ?

- Et ben ! pauvre melon qui a élu domicile dans ton bac à fleurs sans se douter que tu es parfaitement incapable d'en prendre soin ! - Mais si ! - Bah, tu vois bien que non ! - Oh mais merde à la fin ! je ne lui ai rien demandé, au melon, c'est pas moi qui l'ai planté ! je refuse d'être responsable de la survie du melon en plein milieu du mois d'octobre. c'est pas de ma faute. - Ah ça non. - C'est pas de ma faute s'il crève, le melon.

- On ne va quand même pas se disputer pour un melon et un citron ! - ... - Si ? - Laisse-moi tranquille. je nettoie le frigo.


Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.