Le noeud

"Il me l'avait dit, ça aussi.

Il m'avait dit, tu verras, des fois, tu vas te planter.

Des fois tu vas merder.

Tu auras peut-être même l'impression de repartir du départ.

Que ça ne servait à rien.

Que ça ne sert à rien.

Les situations se présenteront jusqu'à ce que tu y arrives.

Tant que tu n'y arrives pas, ça recommence.

Tu peux faire ce que tu veux, ça recommence.

ça se reproduit.

Tu reproduis.

- Mais que j'arrive à quoi ?

- à ACCEPTER.

- Accepter quoi ? Ce qui recommence ?Ce qui blesse ? Ce qui fait peur ? Ce qui fait mal ? Ce qui révolte ?

- Oui.

- ...

- Si ça te révolte, révolte-toi. Pas CONTRE ce qui te révolte : Révolte-toi à l'intérieur.

- ... A l'intérieur ? Mais ça me fait exploser, plutôt...

- Parce que tu ne te révoltes pas, tu t'insurges.

- ...

- Se révolter, c'est changer de point de vue.

- ...

- C'est impossible de le faire tout seul. C'est pour ça que des situations se présentent, avec des gens dedans pour les habiter, en quelques sortes, et qu'ils viennent avec leurs trucs et leurs bidules à eux pour te permettre de voir les choses autrement.

- ...

- Plus ça te révolte, te blesse ou te perturbe, mieux ça te montre ce qu'il te reste encore à... Accepter.

- Bon, c'est l'art de se faire prendre pour une conne avec le sourire, c'est ça ? D'avaler des lanternes, de subir ce qu'on nous impose.

- Rien à voir, ma biche. Là, par exemple, tu t'insurges. Tu ne te révoltes pas.

- ...

- Là, tu veux avoir raison...

- ...

- Et tant que tu veux avoir raison, tu n'apprends rien.

- ...

- ...

- Et si j'ai raison ?

- Tu as tord quelque part.

- Et si j'ai tord ?

- Tu as mal quelque part.

- ...

-...

- On peut avoir tord et être bienheureux quand même.

- Un temps, oui. Et la situation se représente, et Bam, tu recommences, et tu as l'impression de repartir de zéro, parce que tu étais en train de te tromper dans l'exaltation d'une joie euphorique.

- ...

- ...

- Alors j'ai toujours tord ?

- Non.

- Toujours raison ?

- Non.

- je n'y comprends rien. Il vaut mieux que je reste confinée toute seule chez moi sans voir personne jusqu'à ce que je sois complètement finie, alors.

- Pourquoi ?

- Comme ça, je n'aurai plus mal, je ne ferai plus de mal et je pourrai construire des relations saines et harmonieuse avec les autres.

- Là, tu te braques, en fait. ça ne résoudra rien. Allons ! Révolte-toi ! Regarde le chemin parcouru plutôt que ce qu'il te reste à gravir...

- oui...

- Regarde ce que tu as plutôt que ce qu'il te manque.

- ...

- Qu'est-ce qu'il te manque ?

- Il me manque... Il me manque...

- Tu vois, tu ne sais même pas dire ce qu'il te manque.

- Il me manque les mots pour le dire.

- ...

- ça fait une boule dans la gorge, mais comme si elle était autour de mon cou et elle serre comme pour m'étrangler. C'est une boule qui strangule de l'intérieur.

- Une boule ça ne peut pas stranguler.

- Si.Elle descend jusque dans le ventre et là, elle est attachée avec un gros noeud.

- Il ressemble à quoi ?

- A un noeud de marin très complexe, assez beau. C'est un noeud très serré, avec une corde genre en chanvre mais tellement épaisse... Elle fait au moins 2 mètres de diamètre.

- Ce serait pas mal de savoir si c'est une amarre, une drosse, une écoute... Une corde, ça ne sert qu'à se pendre. J'aurai tendance à dire que c'est une écoute.

- ça sert à quoi, une "écoute" ?

- ça sert à régler l'angle de ta voile.

- Bon. Essayes de voir à quoi il ressemble, ton noeud. Il est peut-être encore utile, si tu l'a mis là. Mais il faudra savoir si c'est un noeud de chaise simple ou de calfat. Peut-être un noeud de vache...

- C'est quoi ça ? Ce sont différents noeuds pour différents usages. Le noeud de chaise simple, par exemple, il se fait vite et il est facile à défaire. Il sert juste à faire un oeil pour accrocher quelque chose.

Le noeud de vache, lui, sert à réunir deux cordages n'ayant pas à forcer. Celui-là, il glisse facilement. Il est utilisé pour prendre des ris dans une voile.

- prendre des risques ?

- Non, des ris. ça veut dire : diminuer la voilure.

- Et le noeud de chaise de calfat ?

- C'est un nœud de chaise double qui sert à hisser un homme pour un travail dans la mature. Une des boucles passe sous les aisselles et la deuxième boucle sert à s'asseoir. Il serait bien, celui-là... Après... Si tu t'es fait un nœud de plein poing... Tu sais ce qu'il te reste à faire...

- C'est quoi un noeud de plein poing ?

- C'est un noeud qui sert à supprimer momentanément la mauvaise partie d'un cordage. Il est solide mais très difficile à défaire lorsqu'il a forcé.

- Ben vingt dieu...

- Te voilà avec un sacré noeud à ronger...

- on dit un "os" à ronger.

- Tu as un noeud ou tu as un os ?

- Un noeud.

- ...

- Des fois, tu as le droit de te taire, aussi.

- ...

- ...

- En tous les cas, je n'arrive sans doute pas dire ce qui me manque, mais je ne manque pas de boulot pour ce qu'il me reste à gravir...

- Qu'est-ce qui te dit qu'il sera à "gravir" ?

- C'est une image ! Une image d'ascension, de progrès, de développement personnel ! C'est positif ! Gravir, c'est quand même plus noble que "tout le chemin qu'il me reste à décrépir" !

- ...

- ...

- ce pourrait être un chemin à ravir ?

- Oh, c'est joli, ça...

- Un chemin à ravir de tes maux... Un chemin à ravir de tes mots... Un chemin à ravir au destin dont tu penses avoir hérité ?

Parce que tu sais... On est beaucoup, à avoir ce noeud au fond du ventre...

Ce site utilise certainement des cookies mais je ne sais pas dut tout comment ça marche.